Bendita crise

Pour: Maria Ferreira

On a beaucoup parlé des effets de la crise financière. Toutes les informations que nous sommes saturés par la catastrophe que nous consommons notre pain quotidien. Si toujours pas de pain. Quand on parle de la façon dont la crise affecte ONG axée sur l'aide internationale, la thèse est fondée, Dans la plupart des cas, sur des sujets tièdes et lâches qui transforment la perte de point noir qui coule dans un graphique.

Peut-être que c'est la seule façon dont nous pouvons survivre. Et je veux dire spécifiquement à tous ceux qui, à un certain moment dans nos vies, nous nous embarquons sur ce mensonge monumental qui «se bat pour un monde meilleur" et aujourd'hui nous marchons ensemble dans des bureaux climatisés, observant et en supposant que les chiffres montrent empiriquement que d'un projet particulier n'est pas rentable, ce qui nous amène à conclure que nous devons faire des coupes ou des ressources humaines sans.

Les patients seront sans médicaments. Pas plus que nous payer les transferts en ambulance. Ni la nourriture. Mais ce n'est pas une tragédie

Cuts, dans le cas de l'ONG que je dirige, supposent que les patients psychiatriques ont jusqu'ici bénéficié du projet aura sans médicaments. Pas plus que nous payer les transferts en ambulance. Ni la nourriture. Mais ce n'est pas une tragédie aujourd'hui, appelé anecdote personnelle. La crise permet, même, classement qu'il déficit, afin que nous puissions noyer notre chagrin dans une bière fraîche, après la réunion, sans sentiment que le monde est malheureux. Que nous sommes malheureux. Bendita crise.

Une partie de mon travail consiste à parcourir les routes de Muranga (une zone située 60 al kilomètres au nord de Nairobi) avec M.. Ndung’u, infirmière psychiatrique, prendre des médicaments pour les patients psychiatriques qui ne peuvent se rendre au centre de santé. No big deal. Notre ONG ne va pas sauver le monde. Mais jusqu'à présent, nous avons été en mesure d'assurer des médicaments et des soins médicaux gratuits à un 120 patients. Et nous parlons de patients psychiatriques, qui porte un énorme stigmate dans cette région Kenya. Beaucoup sont abandonnés sur la route, reniés par leur famille, et accusé d'être damnés.

Mon travail consiste à parcourir les routes de Muranga avec M.. Ndung’u, infirmière, prendre des médicaments pour les patients psychiatriques

Quand je me suis lancé dans ce projet, Je savais que ce ne serait pas facile. La maladie mentale, par connotation de maladie chronique implique, rentable. Mais j'étais plein d'espoir et pensais que je pouvais convaincre le monde de la nécessité d'honorer les personnes avec qui j'ai travaillé. Les personnes auxquelles je me réfère à des numéros maintenant, que les pertes, facteurs non rentables. La crise m'a donné le don de la désaffection. Bendita crise.

Hier, j'ai réalisé que les terribles ONG qui sous-tend l'ego de ceux qui commandaient. Les pertes et le manque de fonds se traduisent par une peur qui nous rend prudents. Et oui, Messieurs, la prudence est généralement dans la plupart des cas, être plus un euphémisme lâches. Nous nous réfugions dans les théories, spécialistes, dans l'analyse, et essayer de sauver notre projet, cacher notre peur de l'échec personnel et en essayant, particulièrement, sauvegarder notre cul.

La chose terrible qui sous-tend les ONG est l'ego de ceux qui commandaient. Les pertes et le manque de fonds se traduisent par une peur qui nous rend prudents, est un euphémisme plus lâches

Je sais que les ONG ne sont pas l'amour. J'ai donc appris. Je sais aussi que vous avez un peu romantique, et beaucoup de stupide, vouloir changer quelque chose dans la situation actuelle. Je sais qu'il ya des projets qui ne se vendent pas, comme travailler avec une maladie mentale. Pour mon projet, traduit en chiffres, signifie que je dois "x" malades chroniques qui assumeront les frais "x" par mois à vie, sans produire quoi que ce soit dans la société. Pérdida. L'argent va simplement donner de la dignité, facilitPerteida. Je sais aussi que la société se radicalise, et les ONG sont considérées comme, plusieurs fois, comme le moyen idéal de réaliser un nouveau modèle de colonialisme, approfondir également la perversité de la dépendance, etc. Mais ces discussions, Alors que nécessaire, problème le plus remarquer parfois, et de proposer des solutions de celui qui n'est pas quotidien fous dans cette réalité.

Ces années, j'ai entendu de nombreuses fois », il n'est pas rentable", hier je me suis retrouvé maudissant mon idéal. Je me demandais si il serait grand temps d'arrêter de jouer dans le monde est un endroit décent pour travailler dans une chaîne d'hôtel (car avec un diplôme et une autre dans le processus, je ne peux pas viser plus haut dans ce pays).

Hier, je me suis retrouvé à maudire mon idéal, se demandant s'il serait grand temps d'arrêter de jouer dans le monde est un endroit décent pour travailler dans une chaîne d'hôtel

Mais, puis, parmi les nombreuses ambiguïtés qui ont convergé sur ces graphiques, J'ai vu des patients, J'ai vu mon équipe d'infirmières, J'ai vu les vingt enfants que nous avons maintenant à l'orphelinat. Et je pensais que cette crise bénie, nous pouvons éliminer l'illusion, nous pouvons supprimer le désir de croire en quelque chose qui n'est pas économiquement productive, mais s'il vous plaît, ne prenez pas notre dignité. S'il vous plaît, tous ceux qui sont à la tête d'un projet humanitaire petit fou, pas abandonner. Que tous ces gens qui font partie de nos graphiques en négatif savent qu'ils ne vont pas vous laisser seul. Ne manquent jamais de regarder vers l'avenir à ce qu'ils ont cru. Que cette crise dans le saint Dejean, au moins, la possibilité d'être maîtres de nos petits bateaux. Rien ni personne font de nous des rats.

Si vous voulez plus de projets en Afrique Karibuni: http://www.karibuniafrica.org/

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Meneame
  • Share

Commentaires (6)

  • Mayte

    |

    La vérité est que je ne sais pas quoi dire, Pourquoi ajouter à cet article écrit avec tellement de cœur et de sensibilité…
    Au moins, Je veux dire que vous obtenez mon esprit et vous dire que nous serons toujours un fou de vouloir changer le monde et de continuer à bord, mais il semble que le bateau coule.
    Une accolade

    Réponse

  • Juan Antonio Portillo

    |

    Face à une telle hypocrisie et la tromperie qui nous entoure, croient encore que cette aide s @, J'admire votre courage, votre sincérité et vos mots sortis de votre cœur, Mary.

    Embrassement

    Réponse

  • Laura

    |

    Félicitations pour votre travail Maria!!! Je ne peux pas jeter l'éponge, mais il ya des jours où tout ce que nous ferions bien.
    Mais,Que serait le monde sans des gens comme vous ?
    Le monde a besoin de plus de personnes qui se battent pour ce qu'ils croyaient et continuent de transmettre, comme vous, malgré les problèmes qui apparaissent sur la route.
    Beaucoup d'encouragements et bonne chance.

    Réponse

  • publikaccion

    |

    pour tomber à augmenter à nouveau… Esto es la vie…

    Réponse

Ecrire un commentaire

Derniers tweets

RT @ Viajespasado: Hoy nos vamos a Campeche, el mejor secreto de México. Ruinas mayas, ciudad colonial, buena comida, plages, naturaleza y t…

Marina Galzerano Marina Galzerano

RT @ Viajespasado: Hoy nos vamos a Campeche, el mejor secreto de México. Ruinas mayas, ciudad colonial, buena comida, plages, naturaleza y t…

Ricardo Coarasa Ricardo Coarasa

RT @ Viajespasado: Hoy nos vamos a Campeche, el mejor secreto de México. Ruinas mayas, ciudad colonial, buena comida, plages, naturaleza y t…

RealRufo RealRufo

RT @ Viajespasado: Hoy nos vamos a Campeche, el mejor secreto de México. Ruinas mayas, ciudad colonial, buena comida, plages, naturaleza y t…

javier brandoli Javier Brandoli