Le Macondo africaine: Javier victoire douloureuse Brandoli

Pour: Ricardo Coarasa

Un bar d'un bar est un bon endroit pour prendre des décisions. Cette nuit, cependant, Javier a atteint le rivage digne des vins et des bières avec déjà prises. Il vivrait en Afrique, Cape Town, en Afrique du Sud où mois plus tard l'Espagne gagnerait son premier monde. Avec lui dans les tribunes, claire. Et il y avait deux bons amis qui avaient voyagé en Afrique que les touristes ou le journalisme éphémère expliquant l'Afrique, il met dans un manuel de survie de la veine hâtive. Je suppose que nous les sujets sont tombés des mains comme ils se passaient Hirondelles, mais Javier Brandoli a écouté impassiblement Soupçonnant, Temo moi, que rien ne l'aurait attendu à voir avec cet amalgame de souvenirs plus ou moins sublimé par la distance.

Une chose que j'était clair que nuit en Mars 2010 et que, au moins, Je ne me suis pas trompé: Afrique pousserait l'écriture Javier. Pour quelqu'un avec une telle curiosité écrasante sur le monde, il était presque un commandement biblique. Et le garçon a fait. Au cours de ses cinq années sur le continent, d'abord en Afrique du Sud et au Mozambique, Javier n'a pas cessé d'écrire sur l'Afrique et de son peuple. Avec l'innocence logique au premier, Expectative fourni un peu sceptique à la fin, éloigné des regards et des jugements paternaliste magnanimes sur la réalité africaine. Donc, lire le premier livre africain était seulement une question de temps.

Il a eu le temps de devenir un correspondant, guide, directeur d'un hôtel sur la poste indienne, Il a connu l'amour de sa vie et, en particulier, Il n'a pas cessé de voyager

Au cours de ces années, Il a eu le temps de devenir un correspondant, guide, directeur d'un hôtel sur la poste indienne, Il a connu l'amour de sa vie et, en particulier, Il n'a pas cessé de voyager, trébucher encore et encore avec ce même réalisme magique de Valle Inclan, avec cette absurdité kafkaïenne il sublimation, se tourner vers un autre grand, à juste titre, il a été appelé “Le Macondo africaine”.

Dans ce livre, dit l'auteur, est fermé le regard de quelqu'un “qui y a vécu”. Et je ne peux pas d'accord avec Javier, parce que leurs pages débordantes inépuisable curiosité et le désir de comprendre la vie autour de vous et jeûnent, cependant, aucune trace de mépris routine et pernicieuse avec laquelle, souvent, nous vivons dans notre environnement quotidien.

pour Javier, mais peut-être qu'il ne sait pas, Il n'a pas cessé d'être un voyageur pour toutes ces années et il est précisément cette âme errante la cause de leur déception à la dernière, son départ du continent et de la nostalgie, Mal appel que l'Afrique douce mélancolie, avec qui maintenant il regarde en arrière sans colère. Lorsque l'œil du voyageur a commencé à disparaître, Il avait pas d'autre choix que de quitter, peur à la perspective de ne plus être un nomade.

âme errante qui est précisément la cause de la dernière à des déceptions, son départ du continent et de la nostalgie

“Le Macondo africaine” Il est une fenêtre que l'Afrique a interdit dans l'imaginaire collectif, quelques expériences intenses, les leurs, qui pourrait remplir plusieurs livres plus. Mais l'auteur ne voulait pas utiliser un livre, la énième fois récit de voyage Afrique. Il avait l'intention de regarder, et il a réalisé, l'idiosyncrasie de son peuple et pouvoir compter, avec une structure narrative reconnaissable, un rêve fou et la réalité qui n'attirer l'attention sur un “blanc” installés depuis des années en Afrique et d'autres qui, comme lui, Il était nécessaire de maintenir la capacité de surprendre intacte.

J'ai eu la chance de voyager en Afrique et entendre Javier desgranar, la chaleur d'un feu et dans le silence de la savane, beaucoup des histoires qui peuplent ce livre des femmes qui mangent du sable, boue tribale, Mort sans larmes et des larmes sans mort, filles avec des fusils sans poupées, déserts où trouvé et les craintes qui fondent que nous tenons le regard, de la Macondo africaine, pour, où les conventions et les clichés qui sont devenus flous sont interdits à la caricature, yeux occidentaux, l'âme africaine.

“Le Macondo africaine” Il est une fenêtre que l'Afrique a interdit dans l'imaginaire collectif,

Je ne peux pas, honnêtement, mais recommandent qu'ils lisent Javier, qui marchent avec lui les routes poussiéreuses de l'Afrique, Ils sont surpris, comme lui, avec la succession d'expériences déroutantes, de rire avec lui, à pleurer avec lui en marchant dans l'imaginaire Macondo dans le sud du continent meurtri par les stéréotypes. Javier parle de son expérience africaine “une merveilleuse défaite” et je pense que c'est plutôt une victoire douloureuse, celle d'un gars qui aimait l'Afrique pour que l'Afrique intensément terminée endoloris. Et nous avec lui.

 

Ricardo Coarasa
 
 
 

La Macondo africaine, l'histoire d'une merveilleuse défaite

Vous pouvez l'acheter à travers le formulaire ci-dessous. Assurez-vous d'inclure un numéro de contact pour faciliter la livraison.

bagages mondiale du livre - voyages passés

Prix ​​final avec la livraison




 
 

  • Partager

Commentaires (6)

  • Monica

    |

    J'aime le prologo. J'ai eu la chance et la chance de partager des moments d'Afrique Javier et je suis coeur africain mm trop grandi au Congo avec q comprends parfaitement le mal du pays que l'on appelle l'Afrique

    Réponse

  • Javier Brandoli

    |

    merci Monica. Vous avez la nostalgie de la planète de toute façon, vous avez-vous tournée ensemble. 🙂

    Réponse

  • Anastasi

    |

    Pourquoi est-il pas encore dans les librairies à Barcelone.
    Je suis allé à l'Afrique et j'aime tous, Voyage, lire, rêve…

    Réponse

  • Javier Brandoli

    |

    Bonjour Anastasi, la distribution aurait déjà livré les livres dans toute l'Espagne, mais dans tous les cas où l'assurance est vendue dans la librairie Altair à Barcelone. Salutations

    Réponse

  • Altaïr distribution

    |

    Bonjour Anastasi,
    Dites-nous quelle zone vous vivez à Barcelone ou FOIRE librairies et vous dire où vous pouvez trouver et Macondo africaine.
    Merci

    Réponse

  • Marcos Rodriguez

    |

    Je viens de terminer la Macondo africaine et j'ai adoré. Hautement recommandé et très révélateur d'une Afrique qui n'a jamais. Il est très remarquable que l'auteur a vécu là. Merci beaucoup et félicitations pour le travail que vous faites.

    Réponse

Ecrire un commentaire

Derniers tweets